www.droit-vote.com

En France et dans le monde

Un peu d'histoire...

Les premiers pays à avoir fait un pas vers l'élargissement du droit de vote aux femmes, furent :

  • 1718 : la Suède, à partir de 1718, avec une évolution en 1862 puis une adoption totale en 1920,
  • 1893 : la Nouvelle-Zélande,
  • 1902 : l'Australie
Avant ces nations, des entités territoriales, telles que le Royaume de France (XIIè siècle pour les élections consulaires), l'Etat du New Jersey (1776 à 1807) ou le Bas Canada, aujourd'hui Québec (1791 à 1849) entre autres, avaient déjà montré la voie. D'ailleurs, en plus du New Jersey, d'autres états américains, comme le Wyoming, le Colorado, l'Utah et l'Idaho peuvent se targuer d'être des pionniers en la matière, eux qui donnèrent le droit de vote aux femmes lors des dernières décennies du 19è siècle.

C'est à partir du début du 20è siècle que la majorité des pays adopte la mesure :

  • 1913 : Norvège,
  • 1915 : Danemark et Islande,
  • 1918 : Canada, Royaume-Uni et Russie,
  • 1919 : USA, Allemagne, Pays Bas, Luxembourg, Belgique et Suède,
  • 1920 : Albanie, Autriche et Hongrie

Après la Seconde Guerre Mondiale, plusieurs nations suivront également :

  • 1944 : France,
  • 1946 : Italie,
  • 1946 : Japon et Espagne,
  • 1947 : Argentine, Venezuela, Bulgarie et Yougoslavie.

En 1994, l'Afrique du Sud de Nelson Mandela accorde le droit de vote aux femmes noires. Enfin, dernières évolutions notables, les pays musulmans ayant récemment franchi le pas :

  • 1999 : Qatar,
  • 2002 : Barhein,
  • 2003 : Oman,
  • 2005 : Koweit,
  • 2006 : Emirats Arabes Unis,
  • 2011 : Arabie Saoudite.

France

Dans l'hexagone, à l'image des USA et du Royaume-Uni, des groupes de suffragistes militant pour le droit des femmes naissent vers la fin du 19è siècle. L'évolution est laborieuse, lente, ainsi le Parlement rejette unanimement "l'égalité politique" le 9 décembre 1903... Après la 1ère Guerre Mondiale, de 1919 à 1940, le Sénat repousse à maintes reprises l'obtention du droit de vote des femmes, que celles-ci soit pour des élections locales, comme nationales et présidentielles.

Il faudra attendre la Libération et la fin de la 2nde Guerre Mondiale et le 21 avril 1944, pour que le Comité Français de la Libération Nationale n'accorde le droit de vote aux femmes. Celui-ci sera utilisé la 1ère fois le 29 avril 1945, lors des élections municipales. A signaler qu'une proposition de loi avait été votée, par 344 voix contre 97, le 20 mai 1919, en faveur du vote intégral des femmes. Il aura donc fallu attendre 25 ans pour que le vote leur soit réellement accordé.

Etat-Unis

La première véritable avancée vers l'obtention du droit de vote pour les femmes se fait à l'issue de la Guerre de Sécession (1865). Une guerre fondatrice lors de laquelle sont nées plusieurs associations suffragistes. En 1890, ces groupes se réunissent au sein de la Nationale American Woman Suffrage Association, qui exerce, dès lors, une très forte pression sur le Congrès. L'obtention du droit de vote pour les femmes s'avère toutefois être un chemin de croix : suite au vote du Sénat, chaque Etat doit le ratifié. Du coup, l'évolution est très lente. En 1908, le Woman's Day voit le jour.

En 1912, après l'élection présidentielle, et alors que les femmes ont pu voter dans quelques états américains (4 millions de votantes dans 9 états), le président Woodrow Wilson est reconnaissant de l'aide que les femmes lui ont procurées lors de la campagne et en engage bon nombre dans son administration. Après la 1ère Guerre Mondiale, et suite à une forte pression de la NAWSA, un amendement garantissant le droit de vote aux femmes américaines est une première fois rejeté par la Chambre des Représentants (le 30 septembre 1918), puis voté le 21 mai 1919 (il s'agit du 19ème amendement) en recueillant plus de 2/3 des voix. Le Sénat approuve l'amendement le 4 juin 1919. Le 26 aout 1920, l'état du Tennessee est le tout dernier état a ratifié, donnant le droit de vote aux femmes aux Etats-Unis.

Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, les premières revendications se font sentir dès 1866, où une pétition en faveur du droit de vote des femmes est déposée au Parlement. Le mouvement s'organise ensuite en un groupe, le Women's Suffrage Committee, ce qui permettra à toutes les militantes de grossir considérablement leurs rangs en quelques années : 1500 en 1866, 250 000 en 1894.

Longtemps repoussées par les conservateurs britanniques, les féministes se radicalisent et, avec la création la Women's Social and Political Union, elles prennent le nom de "suffragettes". Leurs leaders se nomment Emmeline et Christabel Pankhurst et leurs actions deviennent alors plus violentes, voire illégales. Le bras de fer dure jusqu'à la 1ère Guerre Mondiale. La Grande Guerre débloque un peu le débat, qui s'ouvre avec des groupes plus modérés et, en 1918, le " Representation of the People Act " est adopté et autorise les femmes de plus de 30 ans à voter. En 1928, les femmes obtiennent la même majorité de vote que les hommes (21 ans).